dimanche 10 juin 2018

Les orangers de Mongolie - Nati Daniesieff

Les Orangers de Mongolie-Nati Daniesieff

L'histoire :


Plusieurs scénarios à des époques différentes dont certaines dans le futur, avec des personnages et des situations très divers : années 80 en Urss, science-fiction et scène criminelle... Les épisodes s'alternent pour nous faire découvrir l'évolution de chaque histoire.


Mon avis :


L'auteur nous promène dans un univers bizarre et original aux circonstances étranges et déroutantes et je l'ai laissé m'y emporter avec plaisir, du moins au début.

Hélas, j'ai arrêté de lire "Les Orangers de Mongolie" au bout du premier tiers.
J'avais pourtant bien aimé au début. La scène é*o*ique des premières pages avec Evgueni ne m'avait pas dérangée, elle était brève et le cadre, les protagonistes et la narration en faisaient un moment empreint d'une certaine poésie.
L'histoire d'Aurore vire au cauchemar avec une scène criminelle d'autant plus consternante qu'elle évoque une boucherie "improbable" avec des instruments ... "futuristes".

Arrive l'histoire de Lilith et Alexandre. Beaucoup, beaucoup, beaucoup de poésie dans la première partie de l'histoire : j'ai été envoûtée par la description (pourtant futuriste et très scientifique) du décor naturel du domaine et les monologues de Lilith, son coup de foudre, la baignade, le réveil ...

Sauf qu'ensuite le décor change, il y a la fête à la Sfi et les ébats se*uels, cette fois trop détaillés à mon goût et là je commence à vraiment me lasser : je suis déçue que le texte prenne cette tournure.

J'avais trop aimé le début de l'histoire de Lilith pour accepter que l'histoire, les pages suivantes et les autres histoires m'enfoncent dans ce dérapage de sang et de se*e.

Alors j'ai refermé le livre pour pouvoir en garder malgré tout un bon souvenir.
Dommage, vraiment dommage, car j'avais vraiment adoré certaines pages.

Mes chapitres préférés resteront donc, par la force des choses, ceux du premier tiers des Orangers de Mongolie : Evgueni (aux transports amoureux clandestins : dommage, j'aurais aimé savoir ce que devient sa jeune épouse Anoushka ) et Lilith (scientifique amoureuse de son collègue Alexandre -dont je ne connaîtrai pas le passé- et dont l'univers scientifique au charme infini fait de fleurs et d'insectes m'a immergée, le temps de quelques pages, dans un monde futuriste et féerique.)



Aucun commentaire: