lundi 4 juin 2018

La poupée de chiffon - Ange Lartier

La poupée de chiffon-Ange Lartier

L'histoire :


Plusieurs histoires et plusieurs personnages se réunissent en une seule affaire criminelle et les morceaux du puzzle se mettent lentement en place pour expliquer un meurtre particulièrement horrible .

Mon avis :


Un prologue un peu charabia et un titre énigmatique : il faut attendre d'arriver au troisième tiers du roman pour en comprendre la signification.
Des expressions et des réparties totalement improbables entre amis ou entre policiers.
Des passages quelque peu puérils et un style souvent "gnangnan" dans la narration des faits et gestes et dans celle des évènements.
Le nom choisi pour l'inspecteur principal est maladroit et ajoute à ce style démodé.
De même, la dévotion amoureuse (aux accents é*o*iques) de l'inspecteur pour son épouse fait surtout penser à une imitation très modernisée et malvenue de l'inspecteur Colombo.
Des incohérences dans les raisonnements, comportements et agissements des uns et des autres.
Des émotions racontées de façon maladroite, ce qui pénalise le roman.
Des faits commentés avec une pointe de cynisme qui ne cadre pas avec le reste du roman.
Vers les deux tiers, une partie du mystère est révélée par le monologue d'un personnage : on aurait préféré découvrir les choses petit à petit et grâce au policier : la vérité offerte sur un plateau donne un peu l'impression que l'auteur est pressé de terminer le roman.
Par ailleurs, étonnamment, un autre personnage entretient le suspense avec des formulations bizarres et là encore puériles qui sont agaçantes.
Une ou deux lapalissades ahurissantes.

Parfois un peu déboussolants les changements d'époque : mais, même si parfois on ne sait plus trop où en en est, ils ont le mérite d'ajouter au suspense..
Notre super inspecteur n'est pas si super que ça : on veut nous le présenter comme viril mais ses réactions professionnelles, souvent niaises et peu intuitives, sont plutôt celles d'un homme mou et peu sûr de lui.  Le bouquet final est à la fois ridicule et trop prévisible !

Des fautes, des fautes, des fautes : il y en a beaucoup trop dans ce texte : orthographe, conjugaisons, grammaire, concordance des temps, ponctuation, accentuation etc etc.

Bien, par contre, la multiplication des morceaux du puzzle, des scènes et angles de vue car cet ensemble de faits apparemment sans rapport donne du cachet et de l'intérêt à l'intrigue.

Aucun commentaire: