lundi 3 juillet 2017

Crime et châtiment - Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski




Je suis émerveillée : le personnage de Raskolnikov, celui de Marméladov ... quel style, quelle puissance dans l'écriture !
La lettre de la mère de Raskolnikov, laissant entrevoir la totale abnégation de la jeune sœur : autant de pages qui illustrent magistralement la misère, le désespoir mais aussi l'amour sans bornes entre ces êtres fascinants.
La scène palpitante de la fuite après le crime, les angoisses, la terrible perspicacité de Porfiri et les tourments fiévreux de Rodia,  et les personnages aimants et désespérés qui entourent Raskolnikov : autant de pages qui font vibrer le cœur du lecteur  et le font frémir tout en le subjuguant d"une phrase à l'autre. Crime et Châtiment est un chef-d'œuvre absolu, une autre preuve du génie littéraire de Dostoïevski.
Exceptionnel, envoûtant, sublime.

(Pourquoi n'ai-je pas lu ces chefs-d'œuvre plus tôt ? pourtant la littérature russe me plaisait déjà dans mon adolescence : j'ai lu et relu Tolstoï (trois fois Résurrection et deux fois Anna Karénine ; Guerre et Paix... j'avais stoppé car la mort du Prince André qui m'avait bouleversée).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire