jeudi 25 mai 2017

Le roman inachevé - Luca Tahtieazym

'Le roman inachevé - Luca Tahtieazym

Le roman inachevé - Luca Tahtieazym


Le début :

Romain n'a aucune estime pour lui-même et, toujours d'humeur morose, mène une existence fade : il peine à surmonter une absence, celle d'une femme qui occupe toutes ses pensées. Romain confie à son frère Nagib son intention de louer une maison à la mer pour se mettre à écrire et parler d'elle.


Mon avis :

Cette histoire aborde plusieurs thèmes : la solitude, l'amour, la souffrance, la vengeance, la culpabilité, le désespoir.

Je le dis tout de suite pour éviter des malentendus : mon impression générale est très favorable : ce roman m'a plu (sinon pourquoi l'aurais-je mis dans la catégorie "5 étoiles" ?)

Cela dit la trame contient à mon avis du positif et du "moins positif" :

Le début ne m'a pas enthousiasmée, j'ai trouvé le personnage de Romain un peu répétitif dans ses monologues. Mais j'ai continué, parce que ce mal-être était malgré tout plausible et "accrocheur".

Le personnage de Romain est extrêmement bien décrit : ses angoisses, ses déceptions et ses rêves non exaucés d'adolescent, sa solitude d'enfant mal dans sa peau puis sa rencontre avec Elsa, ses rêves de soirée "extra-ordinaire", tout cela est raconté de façon magistrale et j'ai adoré cette partie du roman.
Très bien vue la conviction immédiate de l'adolescent complexé, quand il parle à Elsa pour la première fois, que c'est "elle" et "ce sera elle".
La vie commune des deux jeunes gens, même s'ils s'accordent parfaitement et ont choisi leur isolement, m'a semblé d'une fadeur et d'une monotonie exagérées et m'a paru du coup moins crédible.

Je n'ai pas vraiment aimé tout le passage des "repérages" (etc.) d'Elsa car il rend la jeune fille antipathique ou plutôt la fait passer pour une personne déséquilibrée et violente sans fournir de motif au lecteur. Mais cela fait partie de la conception même de la trame du roman...

Romain quant à lui se transforme en personnage presque cynique de par sa lâcheté et son aveuglement coupable. On a envie de le secouer d'autant plus que, adolescent, il était particulièrement émouvant et attachant.

Tout cela est très bien raconté. Et voilà qu'on arrive à la création du livre dans le livre, et là on a le tournis (c'est agréable et c'est enivrant, mais on s'y perd et on se demande d'ailleurs comment fait l'auteur pour ne pas s'y égarer lui-même).
Difficile d'en dire plus sans en dire trop, juste une chose : on est emporté dans une sorte de délire désespéré où on se sait plus trop où commence et où se termine la fiction : on ne sait plus que croire, que comprendre, que conclure car Romain nous embarque dans des hypothèses qui obligent le lecteur à remettre en question sa perception du roman depuis son début.

On se prend à espérer une fin qui reporte au point de départ et puis l'auteur conclut l'histoire et met fin aux doutes du lecteur en même temps qu'à ceux de Romain.

Il ne manque rien dans le récit du désespoir et du profond mal de vivre de Romain et même si le récit détaillé du contenu des tripes de Romain peut sembler superflu, il fait partie de l'ambiance et participe à la crédibilité du roman.

Quelques petites fautes, incohérences et maladresses et aussi quelques longueurs mais ces petits bémols n'enlèvent rien au mérite de l'auteur : dans "Le roman inachevé", Luca Tahtieazym a su, raconter une tranche de vie et la quête de soi-même, la quête de l'amour, la souffrance et le renoncement au travers de deux adolescents vulnérables et maladroits jusque dans l'amour qu'ils éprouvent l'un pour l'autre.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire