lundi 31 août 2015

Tout ce qui meurt - John Connolly


Après "La nuit des corbeaux", je voulais repartir à 0 en rencontrant Charlie Parker à ses débuts. Je me suis donc procuré "Tout ce qui meurt"

J'ai été décontenancée par les détails sanglants - et selon moi inutiles- de la barbarie du crime commis : précisions présentes dans la description du meurtre puis dans sa narration par les divers personnages de l'enquête.
Bref j'ai été obligée de sauter les pages où l'on racontait le meurtre, je trouvais toutes ces précisions insoutenables.

La construction de l'intrique n'en reste pas moins excellente : j'aime beaucoup la façon dont l'auteur raconte les villes et les états qu'il traverse et son talent pour rendre ces paysages et ses ambiances si vivants et si réels. Autant de cartes postales dans lesquelles le lecteur saute à pieds joints avec enthousiasme.

Mon seul bémol -mais de taille- reste donc la description trop crue des scènes de violence.

Et comme le meurtre abominable était sans cesse rappelé, j'ai fini par renoncer, alors que d'autres romans de John Connolly m'avaient tout simplement enthousiasmée.