mercredi 4 juillet 2018

Remotivation


J'ai du mal à me concentrer sur les leçons d'anglais en ce moment, alors pour ne pas couler je regarde  des séries américaines sous-titrées en français (Sur le compte Netflix de mon grand garçon).

Cela me permet au moins de me familiariser avec la prononciation.
Je viens de voir le tout dernier épisode de "The Good Wife" : ça m'a beaucoup, beaucoup plu malgré la complexité parfois invraisemblable du personnage principal ... et puis j'ai craqué devant le sourire ravageur de Mike Colter dans le rôle de Lemon Bishop !)

 Du coup, je lis nettement moins (et c'est bien pour ça que d'ordinaire je ne regarde jamais la télé). Cela ne m'empêche pas d'aller tous les jours sur Amazon en quête de romans en promotion (je viens de trouver "Le parfum" à 3 €).


samedi 16 juin 2018

Uriel, berger sans lune - Adrien Girard

Uriel, berger sans lune-Adrien Girard

Une nouvelle pleine de soleil qui raconte la mission difficile du jeune Uriel berger de lune puis berger sans lune.
Beaucoup de force dans ce texte, beaucoup de poésie aussi. J'ai beaucoup aimé et je compte bien lire les autres histoires du recueil.


jeudi 14 juin 2018

Toreros




Le Prix Hemingway récompense contes et nouvelles ayant pour thème le monde de la corrida.

Ces quatre autres recueils, comme celui intitulé "Uriel, le Berger sans Lune", réunissent des textes lauréats du Prix Hemingway et sont téléchargeables gratuitement.

J'espère avoir l'occasion de découvrir aussi les recueils des autres années car toutes ces histoires sont vraimant superbes !

À propos, avez-vous lu "Mort dans l'après-midi", la formidable histoire de la tauromachie écrite par Ernest Hemingway ? c'est une œuvre absolument grandiose, magique, fascinante !



lundi 11 juin 2018

Vérifiez la compétence de votre correcteur

Une autre suggestion aux auto-édités qui ont des problèmes avec la grammaire et l'orthographe :

Ne remerciez pas à la fin de vos romans tel ou tel soi-disant ami-correcteur  si vous n'êtes pas certain de la qualité de son travail !

Méfiez-vous des parents et amis qui se prétendent capables de corriger un texte.

Faites-leur faire un test avant de leur confier la relecture de votre roman :

- vous choisissez une page d'un grand auteur
- vous l'imprimez sur une 1ère feuille
- vous introduisez des fautes dans les verbes, le vocabulaire
- vous réimprimez le texte désormais plein de fautes sur une 2ème feuille
- vous présentez cette 2ème feuille au candidat-correcteur comme une page de votre roman
- et vous lui dites : " tiens, commence donc par relire et corriger ce morceau-là"
- vous comparez son travail avec le texte d'origine de 1ère feuille.

Vous pourrez ainsi évaluer ses compétences !


Question de registre

Une suggestion aux auteurs :

Ne vous aventurez pas dans un registre soutenu si vous n'en maîtrisez pas le vocabulaire.

Bref : n'essayez pas de faire de belles phrases si vous n'êtes pas certains de connaître le sens des mots et de savoir les utiliser !

Un texte rédigé avec un lexique simple et des phrases simples valorisera beaucoup plus votre travail d'auteur qu'un texte plein de  mots compliqués dont vous ne connaissez manifestement ni l'orthographe ni la réelle signification !




dimanche 10 juin 2018

Les orangers de Mongolie - Nati Daniesieff

Les Orangers de Mongolie-Nati Daniesieff

L'histoire :


Plusieurs scénarios à des époques différentes dont certaines dans le futur, avec des personnages et des situations très divers : années 80 en Urss, science-fiction et scène criminelle... Les épisodes s'alternent pour nous faire découvrir l'évolution de chaque histoire.


Mon avis :


L'auteur nous promène dans un univers bizarre et original aux circonstances étranges et déroutantes et je l'ai laissé m'y emporter avec plaisir, du moins au début.

Hélas, j'ai arrêté de lire "Les Orangers de Mongolie" au bout du premier tiers.
J'avais pourtant bien aimé au début. La scène é*o*ique des premières pages avec Evgueni ne m'avait pas dérangée, elle était brève et le cadre, les protagonistes et la narration en faisaient un moment empreint d'une certaine poésie.
L'histoire d'Aurore vire au cauchemar avec une scène criminelle d'autant plus consternante qu'elle évoque une boucherie "improbable" avec des instruments ... "futuristes".

Arrive l'histoire de Lilith et Alexandre. Beaucoup, beaucoup, beaucoup de poésie dans la première partie de l'histoire : j'ai été envoûtée par la description (pourtant futuriste et très scientifique) du décor naturel du domaine et les monologues de Lilith, son coup de foudre, la baignade, le réveil ...

Sauf qu'ensuite le décor change, il y a la fête à la Sfi et les ébats se*uels, cette fois trop détaillés à mon goût et là je commence à vraiment me lasser : je suis déçue que le texte prenne cette tournure.

J'avais trop aimé le début de l'histoire de Lilith pour accepter que l'histoire, les pages suivantes et les autres histoires m'enfoncent dans ce dérapage de sang et de se*e.

Alors j'ai refermé le livre pour pouvoir en garder malgré tout un bon souvenir.
Dommage, vraiment dommage, car j'avais vraiment adoré certaines pages.

Mes chapitres préférés resteront donc, par la force des choses, ceux du premier tiers des Orangers de Mongolie : Evgueni (aux transports amoureux clandestins : dommage, j'aurais aimé savoir ce que devient sa jeune épouse Anoushka ) et Lilith (scientifique amoureuse de son collègue Alexandre -dont je ne connaîtrai pas le passé- et dont l'univers scientifique au charme infini fait de fleurs et d'insectes m'a immergée, le temps de quelques pages, dans un monde futuriste et féerique.)



samedi 9 juin 2018

Quelques romans gratuits

- Le monument au mort (Alexis Ragougneau)
- La face cachée des miroirs (Catherine Fradier)
- Je vous hais (Céline Theeuws)
- Les amphores du Pope d'Akrotiri (Charles Fladel)
- Le huitième jour (Donovan Gray)
- A666 - 1 (Guillaume Pipon)
- Tous les moyens nécessaires (Jack Mars)
- Le jeu de fuite (L.E. Fiyzpatrick)
- Les élus (Mathieu Mériguet)
- De plume et de sang (Matthias Claeys)
- Une éphémère éternité (Murielle Guerrero-Gillet)
- Les orangers de Mongolie (Nati Daniesieff)
- Aroun - 1 (Pascal Dupin)
- Les mauvais sentiments (Sybille de Bollardière)
- Les marais de la colère - 1 (Tom Joad)